Édito

Edito - La réforme des études infirmières

L’Institut de Formation Interhospitalier Théodore Simon prépare et organise la mise en œuvre du nouveau programme de formation des études d’infirmier(ère)s. Il est dans l’attente de la publication des textes pour une application dès septembre 2009.

Cette réforme initiée dès 2006 par le ministère de la Santé répond aux attentes des organisations professionnelles, syndicales et étudiantes. Elle s’inscrit dans le processus de l’accord de Bologne de 1999 sur l’harmonisation des enseignements supérieurs.

Deux éléments caractérisent cette réforme :

1—L’universitarisation de la formation infirmière. Elle représente une avancée certaine pour l’ensemble de la profession infirmière, en permettant la reconnaissance par le conseil national des universités d’un domaine de connaissances spécifiques aux infirmiers. Elle se traduira par un renforcement des fondamentaux scientifiques et favorisera l’émergence d’une nouvelle attente professionnelle en rapprochant culture universitaire et culture professionnelle.

Elle devrait aboutir à la reconnaissance d’un véritable statut pour les étudiants en soins infirmiers en leur permettant l’accès aux mêmes aides que les étudiants (logements, bourses Erasmus, ...), favoriser leur mobilité nationale et internationale et l’accès à d’autres cursus universitaire.

2—Un programme par compétences. Ce nouveau référentiel de formation constituera un profond chan- gement des pratiques pédagogiques.

Les étudiants devront rechercher par eux-mêmes les savoirs dont ils ont besoins, réfléchir sur le sens de leur formation. Ils seront de véritables acteurs de leur processus d’apprentissage.

Cette nouvelle logique de formation s’articulera autour de 10 compétences. Elle permettra aux étudiants une meilleure appropriation du raisonnement clinique, cœur du métier de la profession d’infirmier(ère). A l’issue de leur cursus de formation les étudiants qui auraient obtenus 180 crédits européens (ECTS) se verront délivrer d’une part un grade de licence et d’autre part le diplôme d’Etat d’infirmier. Cette double délivrance conciliera la logique universitaire et la logique professionnelle.

Cette réforme est centrée sur la professionnalisation et le développement des compétences professionnelles, elle répond à l’évolution du métier.

Elle ne représente pas une finalité, elle sera probablement évolutive. Les étudiants qui rentrent en formation en septembre prochain bénéficieront de ce nouveau dispositif porteur de changements. Les étudiants formés dans le cadre du programme de 1992 ne seront pas pour autant moins bien formés au regard des choix pédagogiques de l’Institut de Formation Interhospitalier Théodore Simon.

Anne-Marie GARNIER Directrice de l’IFITS 

Sommaire

Edito D’Anne-Marie Garnier - Page 1
Un peu d’histoire : Présentation des « Essais de traite- ment collectif du quartier des agités » de P. Pau- melle et de « Asylum » de G. Daumézon - Page 1
Vie de l’établissement : La journée handicap : bilan et témoignage - Page 2
Ouverture sur le Monde : Les prochaines mobilités ERASMUS - Page 2
Actualité de la formation L’aventure E-learning - Page 3
Pratiques Professionnelles : - Page 3
- Comment enrichir sa pratique professionnelle par la lecture ?
- A propos de l’exposition « Our Body »
Actualités - Page 4